Microtransplantation Folliculaire Douce

Il existe de nombreuses techniques pour implanter les cheveux prélevés dans la nuque. Avec la greffe traditionnelle, on cherchait à effectuer le greffon le plus gros possible, et ce afin d’obtenir un volume important.  On creusait donc de petits trous à l’aide d’un bistouri cylindrique (« punch ») dans lequel on implantait des carottes de cuir chevelu pouvant contenir jusqu’à 18 cheveux !

Bien sûr, cette technique était extrêmement douloureuse et le résultat ressemblait souvent à un « champ de poireaux ». Ainsi, pendant des années, les greffes de cheveux ont joui d’une très mauvaise réputation, réputation dont elles ont d’ailleurs encore parfois du mal à se débarrasser car certaines cliniques peu avancées pratiquent encore cette technique.

Avec l’apparition des micro-greffes et de la Microtransplantation Douce, l’implantation s’est beaucoup améliorée. On a cette fois cherché à effectuer le greffon le plus petit possible dans le but d’obtenir avant tout une apparence extrêmement naturelle.

C’est alors qu’a été introduit le concept de l’implantation cheveu par cheveu sur la bordure frontale. Cette technique, plus longue et plus coûteuse pour la clinique, garantit un résultat similaire à la nature.

Obtenir plus de densité lors d’une seule et même séance

Même si les micro-greffes avait considérablement amélioré le confort des patients et le résultat esthétique, un problème majeur restait posé. L’utilisation d’un bistouri électrique contrariait provisoirement l’irrigation sanguine du cuir chevelu autour du petit greffon.

Il n’était alors plus possible d’implanter un autre greffon trop près du premier, car le manque d’irrigation risquait de leur être préjudiciable à tous deux. Le médecin était donc dans l’obligation d’espacer l’implantation des greffons lors d’une même séance.

S’il pratique la Microtransplantation Folliculaire dans les règles de l’art, le praticien n’utilise plus de bistouri électrique mais un instrument beaucoup plus fin qui permet de réaliser de minuscules incisions dans lesquelles il insère les greffons.

Devis Gratuit

C’est encore plus confortable pour le patient, qui ne ressent plus aucune douleur (une anesthésie locale est tout de même bien évidemment pratiquée au préalable) et surtout, l’irrigation sanguine est parfaitement préservée.

Résultat : il est possible désormais d’implanter jusqu’à 30 unités folliculaires par centimètre carré sur la zone receveuse !

Cela signifie que l’on peut implanter de 40 à 60 cheveux en densité par centimètre carré lors d’une seule séance, ce qui est totalement impossible lors d’une séance de mini ou de micro-greffes classiques.

Et c’est là que les 30% à 50% de cheveux en plus récoltés sur la zone donneuse du patient prennent toute leur importance. Sur certains patients, on implante ainsi jusqu’à 2.500 greffons d’unités folliculaires, soit environ 5.500 cheveux en une seule séance.

On obtient ainsi une densité extraordinaire en une seule fois. Il ne faudrait pas moins de SIX séances de micro-greffes normales (300 greffons) pour obtenir le même résultat.

Et densité élevée équivaut à une implantation très fine et très serrée. Ainsi, les micro-greffons sont toujours implantés un par un sur la bordure frontale. C’est une condition indispensable pour obtenir un résultat vraiment très naturel et qui rend l’intervention totalement insoupçonnable du point de vue esthétique.

Un résultat très satisfaisant en seulement six mois

Avec la Microtransplantation Folliculaire, le gain de temps est remarquable. En implantant davantage de cheveux (jusqu’à 2.500 unités folliculaires par séance, soit + de 5.500 cheveux !), on réduit le nombre de séances.

C’est un progrès considérable qui justifie à lui seul le choix de la Microtransplantation Folliculaire Douce.

Des séances de 5.000 microgreffons en une seule fois.

Avec des équipes importantes, il est aujourd’hui facile de réaliser ces séances, c’est à dire environ 12.000 cheveux en une seule fois.
Il faut toutefois savoir que pour des raisons de confort du patient dû à la durée de l’intervention (de 8 à 10 heures) il est largement préférable de ne pas dépasser 2.500 microgreffons par séance.

Cependant, ce type d’intervention n’est réalisable que si le patient possède une zone donneuse suffisante et très épaisse.