bebe-eprouvette-tunisie

Le couple et l’infertilité

Depuis 1978, naissance de Luise Brown premier enfant issu d’une fécondation in vitro,  ce sont plusieurs milliers d’enfants qui voient le jour chaque année, grâce à l’assistance médicale à la procréation.

Aujourd’hui, le pourcentage de couples qui éprouvent des difficultés à avoir des enfants s’élève entre 8 et 15 %. Ce taux n’a pas varié depuis plusieurs décennies dans les pays développés mais le nombre de couples faisant appel à une aide médicale pour ce problème a, lui, évolué. Il est vrai que l’infertilité est beaucoup moins taboue qu’elle ne l’a été et qu’il est donc plus facile pour les couples de consulter un spécialiste. D’autre part, le vieillissement des parents est certainement une autre raison qui pousse les couples à faire appel à une assistance médicale à la procréation, l’âge moyen de la mère étant actuellement de 29 ans lors de la première naissance. Or, la fécondité diminue dès l’âge de 24-25 ans et se réduit notablement à compter de 35 ans.

Un diagnostic qui se vit à deux

Les spécialistes définissent l’infertilité comme une difficulté à concevoir un enfant après un an de relations sexuelles régulières, sans contraception et avec le même partenaire. Lorsque cette difficulté persiste pendant plus de trois ans sans traitement, les chances de conception spontanée sont de 0 à 3 % par mois, selon la ou les causes de l’infertilité. Le rôle de l’homme et de la femme est difficile à préciser dans les différentes causes d’infertilité. On peut néanmoins penser que l’infertilité est exclusivement féminine dans 30 à 40 % des cas et masculine dans 40 % des cas. Dans environ un tiers des cas, les deux membres du couple sont impliqués dans les causes d’infertilité. Enfin, dans environ 5 à 10 % des cas, l’infertilité demeure inexpliquée et peut parfois mettre en jeu des facteurs étiologiques inconnus à ce jour.

Quand recourir à l’assistance médicale à la procréation ?

Les méthodes d’assistance médicale à la procréation (AMP) ne sont pas utilisées pour toutes les formes d’infertilité mais uniquement dans celles qui ne peuvent bénéficier d’un autre traitement. Ainsi, une difficulté à ovuler pourra bien souvent disparaître après un traitement hormonal restaurant la fonction des ovaires. Ceci étant, l’AMP est de plus en plus souvent employée car elle permet à un nombre croissant de couples de devenir parents et ce, même dans des cas difficiles tels que l’infertilité à la suite d’un traitement anti-cancéreux ou d’un échec à la chirurgie.

Bilan de base

Le bilan de base pour déterminer la ou les causes de votre infertilité

Lors de votre première consultation en fertilité, le médecin spécialiste préconise une recherche approfondie afin de déterminer les causes de votre infertilité. Pour réaliser votre bilan de base, vous et votre conjoint devrez effectuer quelques examens qui permettront au médecin de poser un diagnostic sur votre cas et proposer les solutions thérapeutiques les plus adaptées à votre situation.

Tableau sur les différents examens possibles lors du bilan

ÉtapesDéfinitionsPour qui?
Examen physiqueChez la femme, le gynécologue effectue un examen physique de base et/ou une échographie pelvienne de base.

Pour l’homme, l’urologue évalue la taille des testicules, le scrotum et le rectum afin d’évaluer la prostate et les vésicules séminales.

Pour elle et lui
Bilan sanguinÀ partir d’une prise de sang chez la patiente et son conjoint, sont effectuées des recherches sur, entre autres, le groupe sanguin, les anticorps irréguliers, l’immunisation contre la rubéole, la syphilis, le virus de l’hépatite B et C et celui du VIH (SIDA).Pour elle et lui
Culture vaginale et frottis cervico-vaginalÀ partir de l’échantillon de sécrétions prélevées par un membre de l’équipe médicale dans le col de l’utérus de la patiente, recherche de la chlamydia et dépistage cervico-vaginal.Pour elle
Analyse de la courbe de températureLa patiente prend sa température orale chaque matin et indique les résultats obtenus sur le graphique prévu à cet effet et remis par l’infirmière. La courbe graphique obtenue permet de déterminer s’il y a ovulation régulière durant un ou plusieurs cycles menstruels.Pour elle
SpermogrammeAnalyse de l’échantillon de sperme du conjoint au microscope ou assisté par l’ordinateur (CASA). Les mouvements, la vitesse et la forme des spermatozoïdes sont ainsi vérifiés.Pour lui
HystérosalpingographieExamen radiologique permettant de visualiser la perméabilité des trompes de Fallope ainsi que la forme de la cavité utérine, en injectant un liquide radio-opaque par le col de l’utérus.Pour elle
LaparoscopieElle consiste en deux petites incisions sur l’abdomen, généralement une dans le nombril et une autre au-dessus du pubis.
Un laparoscope est introduit par une de ces incisions et permet de vérifier l’état des organes reproducteurs de la femme (utérus, trompes de Fallope, etc.) ainsi que la présence d’éventuelles lésions d’endométriose.
Pour elle
Tests endocriniensÀ partir d’une prise de sang, mesure du niveau de différentes hormones avant la fécondation in vitro ou s’il y a anovulation ou une anomalie décelée au spermogramme.Pour elle et lui

Causes d’infertilité et leurs traitements

Causes d’infertilitéDéfinitionsTraitements disponibles
AnovulationIl y a absence de production d’ovules (cellule destinée à être fécondée par un spermatozoïde) par l’ovaire chez la femme.Induction de l’ovulation à l’aide de médicaments par voie orale ou par injection

Don d’ovules (dans le cas d’une insuffisance ovarienne)

Infertilité masculineLa fertilité masculine dépend :

  • De la production de spermatozoïdes par les testicules
  • De la circulation du sperme dans les voies génitales masculines
  • De l’absence d’anomalie du dépôt du sperme dans le vagin
Traitement médical

Correction chirurgicale

Insémination artificielle avec sperme du conjoint (IAC)

Insémination artificielle avec sperme de donneur (IAD)

Fécondation in vitro avec sperme du conjoint

Fécondation in vitro avec micro-injection de spermatozoïdes du conjoint (ICSI)

Fécondation in vitro avec sperme de donneur

Prélèvement testiculaire ou épididymaire de spermatozoïdes (PESA/TESE)

Infertilité tubaire (obstruction ou altération des trompes de Fallope)Les trompes de Fallope (également appelées trompes utérines) sont des conduits qui transportent l’œuf, ou ovule, vers l’utérus. S’il y a obstruction ou altération des trompes de Fallope, ceci peut être une cause d’infertilité.Chirurgie par laparoscopie ou laparotomie

Fécondation in vitro (FIV)

EndométrioseLe nom d’endométriose provient du mot endomètre, muqueuse recouvrant l’intérieur de l’utérus et qui se renouvelle à chaque menstruation. On parle d’endométriose lorsque ce tissu endométrial se retrouve à l’extérieur de l’utérus, c’est-à-dire dans l’abdomen, sur les ovaires, sur les trompes de Fallope, sur la surface extérieure de l’utérus ou même dans le vagin. Par la suite, la muqueuse endométriale se développe en lésions pouvant occasionner de nombreux symptômes, dont l’infertilité.Traitement médical

Correction chirurgicale

Fécondation in vitro

Infertilité inexpliquéeIl y a infertilité inexpliquée lorsque toutes les causes d’infertilité connues et possibles ont été recherchées ou corrigées et que la patiente ne parvient toujours pas à devenir enceinte.Induction de l’ovulation avec Insémination artificielle avec sperme du conjoint

Superovulation et Insémination artificielle avec sperme du conjoint