Reconstruction mammaire

Des études récentes montrent que les femmes, contrairement aux hommes, sont toujours insatisfaites de leurs apparences physiques. En effet, 90% d’elles  trouvent les bons prétextes pour  ne pas aimer les traits de  leurs visages ou pour critiquer les formes de leurs silhouettes.

Par nature, les femmes sont  constamment  soucieuses de leur  beauté et de leur  image aux yeux des autres.  Une mastectomie est  donc, une épreuve très difficile à surmonter pour  toute une femme notamment que les seins sont définis comme les  premiers symboles de la beauté féminine. Leur ablation, ne peut qu’induire désespoir et tristesse.

Heureusement, la chirurgie esthétique réparatrice offre aujourd’hui,  plusieurs types d’interventions chirurgicales permettant de corriger les imperfections et de redonner aux seins leur forme d’origine.

Reconstruction du sein par prothèse mammaire

A la suite d’une mastectomie, il est possible de faire  une reconstruction mammaire par prothèse. L’intervention peut être réalisée suite à l’ablation du sein ou indépendamment au cours d’une seconde intervention chirurgicale. L’approbation du cancérologue est toujours  primordiale.

Le chirurgien plasticien glisse à travers l’incision de la mastectomie une prothèse anatomique ou ronde en tenant compte de l’existence d’un rapport de symétrie entre les deux seins. La prothèse implantée est  conçue en gel de silicone ou en  sérum physiologique. La durée de l’intervention est estimée à 1 h ou 1h :30.

La patiente portera après un pansement spécial sous  forme de soutien-gorge destiné à maintenir la prothèse implantée.

La patiente peut ressentir des douleurs intenses  les  jours suivant l’intervention. Le chirurgien réparateur lui prescrit des antalgiques pour une durée de 15 jours. Il lui recommande également, de porter jour et nuit  et durant un mois un soutien-gorge adapté.

Des œdèmes et des bleus atteindront la peau. Mais, ils finiront par disparaitre dans un peu de temps. Il est possible de faire du sport après 2 mois.

Reconstruction mammaire par lambeau de grand droit de l’abdomen

La Reconstruction mammaire par lambeau de grand droit de l’abdomen consiste à utiliser l’une de ces deux méthodes le TRAM ou le DIEP.

  • Le TRAM : Par un mouvement de rotation, le chirurgien esthétique déplace le muscle abdominal vers la zone de reconstruction mammaire en gardant la graisse et la peau.
  • Le DIEP : le chirurgien réparateur extrait seulement ces trois éléments : la peau, la graisse et le système de vascularisation. Puis il les relie aux vaisseaux de l’aisselle.

Le TRAM et le DIEP, sont indiqués pour les femmes corpulentes et qui ne souhaitent pas subir une implantation de corps étranger.

reconstruction-mammaire-lambeau

Cette opération doit être faite par un chirurgien qualifié  car elle est très délicate et peut induire à une grande perte du sang. Le chirurgien pactisant recommande à la patiente de faire préalablement une  auto-transfusion avant plusieurs jours de l’intervention chirurgicale réparatrice. Un entretien avec l’anesthésiste est toujours primordial.

La reconstruction mammaire par lambeau de grand droit de l’abdomen  se fait sous anesthésie générale et dure environ 4 ou 6 heures. La durée de l’hospitalisation est située entre 4 et 8 jours selon les recommandations du chirurgien traitant.  Suite à cette intervention esthétique réparatrice et durant plusieurs semaines, la patiente devra porter un pansement   modelant qui sert à maintenir la poitrine et une gaine de contention abdominale.

Les suites opératoires : les techniques de TRAM et du DIEP induisent des douleurs intenses dues au déplacement   du  muscle abdominal. Le chirurgien prescrit donc  à la patiente des antalgiques pour calmer les douleurs. Des bleus et des œdèmes apparaissent systématiquement. Mais, ils disparaitront  au bout de quelques jours.  Des malaises seront ressentis au niveau de l’abdomen mais ils  s’atténueront progressivement.

Il est  vraiment utile de savoir que les muscles de l’abdomen seront toujours affaiblis suite à une intervention TRAM.

En ce qui concerne la nouvelle forme du sein, la patiente devra attendre à peu près 6 mois pour voir le résultat définitif.

Reconstruction mammaire par lambeau de muscle grand dorsal

Le chirurgien esthétique  réparateur opte pour la méthode de  la reconstruction mammaire par lambeau de muscle dorsal lorsque  la peau de la patiente  est très fragile pour pouvoir maintenir une prothèse mammaire ou bien lorsqu’il trouve que la poitrine ne possède pas la quantité de peau  suffisante  pour réussir une intervention de reconstruction mammaire.

Dans le cas où le lambeau de grand dorsal est insuffisant pour refaire un sein pareil à l’autre, le chirurgien utilise soit une  prothèse contenant un sérum physiologique soit une prothèse en gel de silicone.

Deux jours avant l’intervention reconstruction du sein par grand dorsal, la patiente doit obligatoirement  s’entretenir avec l’anesthésiste. Le jour J, elle est mise sous anesthésie générale.

 L’intervention dure environ  2 ou 3 heures. Suite à  l’opération, le chirurgien crée un pansement sous  forme de soutien-gorge  pour bien tenir les seins. La patiente devra obligatoirement  porter  une basse anti-thrombose pour empêcher le risque de formation d’un caillot de sang (phlébite).

Des douleurs un peu trop fortes sont à prévoir  les  premiers jours suivant  l’intervention. Le chirurgien prescrit  à la patiente des antalgiques pour apaiser ces douleurs. Un œdème et des bleus vont se former au niveau de la poitrine mais, ça ne serait pas durable.

Le résultat de l’intervention reconstruction du sein par grand dorsal est immédiat : le sein retrouve le volume et la  forme désirés, mais il va falloir  patienter  encore 1 à 2 mois pour pouvoir observer  le résultat final. Les cicatrices atteignent la maturité après une année.

La reconstruction du mamelon et de l’aréole

Plusieurs techniques réparatrices permettent  de reconstruire le  mamelon et l’aréole d’un sein.

Reconstruction de l’aréole : le chirurgien réparateur peut prélever une quantité de peau de la zone pli de l’aine et faire  ensuite, une greffe  au niveau de l’aréole. Il peut également effectuer un tatouage. Ces deux techniques peuvent être combinées lorsque la quantité de peau prélevée est insuffisante.

Reconstruction du mamelon : lorsque le mamelon du deuxième  sein est assez important, le chirurgien réparateur prélève une partie de ce mamelon et la greffe dans la zone à opérer. Une autre possibilité est aussi envisageable. Elle consiste à confectionner un lambeau local pour donner du relief.

Chacune techniques réparatrices citées,  permet  d’obtenir   un sein très  naturel en apparence.

Cette intervention peut se pratiquer sous anesthésie locale ou bien sous anesthésie générale. La patiente devra consulter l’anesthésiste 48 avant l’intervention chirurgicale pour préconiser le   type ’anesthésie correspondant à son cas. L’opération dure seulement une demi-heure.

Le chirurgien esthétique  réparateur  pose sur la greffe un pansement léger qui sera enlevé après 5 jours. Pour une période de 2 semaines, la patiente appliquera quotidiennement des compresses grasses jusqu’à la disparition des fils de suture. Il faudra attendre une certaine période pour qu’apparaisse le résultat définitif et pour pouvoir remarquer nettement  reconstruction du mamelon et de l’aréole.

La lipostructure du sein

Le principe de la  lipostructure est simple : il consiste premièrement  à prélever une quantité de graisse d’une ou de plusieurs zones du  corps de la patiente : les hanches, le ventre, la cuisse  et à  la  réinjecter ensuite  au niveau du sein afin d’estomper et de corriger les imperfections.

La graisse se répartit naturellement dans la partie traitée. Les  seins de la patiente seront harmonieux et symétriques.

Il y aura nécessairement un entretien avec l’anesthésiste  minimum 48 heures avant l’intervention de la lipostructure du sein. L’opération chirurgicale se fait  sous anesthésie générale et dure approximativement  1 ou 2 heures tout dépend du nombre de zones choisies pour prélever la graisse.

Concernant l’hospitalisation, une seule journée est bien suffisante pour effectuer une lipostructure du sein. Après l’intervention,  la patiente ressentira quelques douleurs qui seront réparties sur la poitrine et sur toutes  les zones de prélèvement.  Ces douleurs seront apaisées grâce à des antalgiques.

Les œdèmes et les bleus quant à eux, seront résorbés après environ 3 mois. Dès le premier mois suivant l’intervention, le résultat sera remarquable mais, il ne sera définitif qu’après des mois supplémentaires.

Enregistrer